Blog Domaine Dame Bertrande

Etat des lieux

Etat des lieux

Des histoires à raconter

La Bertrande n'avait pas communiqué depuis longtemps. C'est qu'il s'en est passé des choses ces derniers mois, de tel sorte que je ne savais vraiment quoi et comment le dire. Et puis qui cela intéresse ? Dans un monde où nous pouvons tous les jours donner notre avis, en quoi l'histoire de la Bertrande ou de son dernier survivant a-t-elle vocation à être contée ? Je n'ai pas de réponse à cette question alors en général je me tais, c'est la chose à faire lorsqu'on ne sait pas. Cependant d'autres pensent autrement alors même qu'ils savent peu. Me voici donc contraint de faire cet état des lieux.

La Bertrande fonctionne désormais via votre serviteur, à la fois vigneron et tous les autres postes nécessaires, occupant ainsi des journées trop courtes.

A part la saisie comptable, factures et autres douceurs, que j'ai la joie de confier aux bons soins de Céline Labbé (celine.agez[a]gmail.com : contactez-là, elle cherche des clients supplémentaires), je m'occupe de la partie Villégiature, à savoir la location de nos deux gites, le Petit et le Grand, ainsi que de nos salles de réception ECHO et LOGIS.

En effet suite aux départs de Marie et de Pascal est venu celui de Sophie qui, en plus d'embrasser de nouveau sa précédente carrière, est désormais mon ex-femme. Un vignoble doté d'une âme étant par définition une entreprise familiale, je ne peux évidemment pas passer ce point sous silence. Notez toutefois que le départ du Caméléon Sous la Lune, association historique liée à la Bertrande, ayant vue le jour dans le LOGIS et à laquelle j'adhère encore, n'est pas de mon fait ou de celle de ma famille comme le laissent entendre certains. L'ECHO reste d'ailleurs grand ouvert au Caméléon car celle-ci se trouve bien triste de ne plus résonner des cris et rires d'enfants. Voilà où nous en sommes.

 

Here and now

Désormais la Bertrande et moi allons-nous concentrer sur trois activités. La première reste le vin. J’ai choisi de conserver 5 hectares de mes meilleures parcelles afin de ne vinifier que l’essentiel. Après dix années d'expériences sur ces terres, j'ai un avis et des préférences. Cela me permet à la fois de souffler un peu en théorie, en pratique ça n’est pas simple... et de cultiver ma vigne comme un jardin, en y apportant plus de soin. J’espère en faire un vin désormais en pur jus et de belle facture. La vigne, le métier de vigneron, on a beau chaque année se dire qu'on est idiot de continuer : c'est mon métier et je l'aime. 

Deuxièmement les mariages. La Bertrande propose en moyenne de douze à vingt dates de mariages possibles sur une année, souvent fonction de la belle saison, incluant l'ECHO et le domaine en entier. C’est une activité à part entière pour conserver l’endroit au mieux de sa forme, offrir un service et un accueil de qualité. Et puis avec la joie communicative des mariées, je me prends à rêver de nouvelles possibilités à leur offrir. C’est plaisant de voir la Bertrande raisonner tout l’été de musique et de rires.

Enfin et troisièmement les gites. Le domaine propose désormais 7 chambres réparties sur deux gites, le Petit et le Grand. Ils sont tous deux thématisés, bien équipés, entourés de nature et d’espace, de potagers et l’un d’eux possède une piscine. J’y ajoute régulièrement une bibliothèque issue de mes surplus de livre et de bd ainsi qu’une ludothèque de qualité. J’adore l’idée que des familles ou des amis puissent se retrouver ici loin de la télévision, au milieu de la nature, profitant ensemble du temps qui passe. J’ai même d’autres projets.

 

So, what's new pussy cat? 

J’ai la chance d’avoir vu certains de mes amis venir de loin pour poser leurs bagages et leurs soucis le temps d’un weekend, parfois plus, afin de goûter aux joies et peines de la vie de vigneron. Quitter un instant la ville, se trouver accueilli et attendu, fournir une aide physique et intellectuelle à un domaine, apprendre de nouveaux gestes, appréhender de nouveaux savoirs. Cette expérience à clairement eu un effet thérapeutique sur certaines de mes connaissances. Pourquoi s’arrêter là ?

La Bertrande à besoin d’aide. J’ai besoin d’aide. Je souhaite proposer des séjours autour du bien-être, du retour sur soi, voir du travail sur soi. Nous avons cette chance loin des citées d’être entourés de personnes ayant recours à des disciplines alternatives, naturopathie, thérapies par le souffle, méditation, art-thérapie, stage d’improvisations théâtrale ou chantées, nouvelles formes de nutrition et d’autres qui me sont encore inconnues. Je voudrais que des citadins viennent séjourner à la Bertrande pour vous rencontrer. Je voudrais que L’ECHO propose des conférences et des ateliers à ce personnes qui recherchent cette possibilité de s’extraire un weekend, une semaine de leur quotidien promis à l’ulcère. Et qu’ainsi nous en soyons plusieurs à en vivre et pas seulement sur un plan financier qui s’il est indispensable ne constitue pas l’essentiel mais sur un plan humain pour commencer. Que l’échange et le partage nous renforce les uns les autres pour s’adapter à l’avenir qui vient. Car c’est de cette complémentarité et de cette entraide que jailliront les solutions des nouvelles sociétés. A ceux donc que qui liront jusqu’ici. J’ai besoin de votre aide et je vous propose la mienne.

Je cherche un ou plusieurs ouvriers autonome et volontaires, prêts à apprendre le métier et à travailler sans m’avoir sur le dos. Je parle là de chantiers rémunérés et non de CDI.

J’ai besoin de nouveaux distributeurs, cavistes, restaurateurs et revendeurs en boutiques. Mon vin est désormais livré via transporteur et je pense qu’étant donné sa qualité, il est un atout pour vos différents commerces.

Je souhaite très fort que l’ECHO conserve sa vocation culturelle. Sophie faisait un très gros travail pour proposer un programme culturel annuel. Si je ne peux le faire, la salle existe toujours. Si votre troupe, votre association, votre one-woman show peut faire venir un publique et que vous pouvez vous organiser par vous-mêmes, contactez-moi que je vous ouvre les portes de l’ECHO. Je suis sûr que l’on trouvera à s’entendre.

Je cherche des professionnels du « care », du soin à l’autre, désireux de lier en partie leur activité à la Bertrande en proposant services, conférences, stages afin de faire venir nos amis citadins vers notre coin paumé pour justement se retrouver. Là-dessus aussi, j’apporte un lieu et une communication : à nous de trouver comment s’entendre.

Je cherche également des producteurs locaux de denrées alimentaires très peu périssable, afin de les proposer dans la boutique du vignoble. Voir même directement dans les gites afin que nos visiteurs découvrent les bienfaits de circuits courts offrant des produits de qualités.

Je cherche également parfois des coups de mains.

Si vous avez lu ceci jusqu’ici merci. Contactez-moi au besoin via mail à damebertrande@gmail.com et au 06.88.18.36.79

Cela fait dix ans que je vie à Saint Astier de Duras. Me voilà parti pour dix ans de plus. A la vôtre.

Brice Tingaud